Grand-Fort Philippe, visite, découvertes et traditions au sein de cet ancien village de pêcheurs

 

(En néerlandais, Groot-Filipsfort) La commune tient son nom du fort construit au XVIème siècle par les espagnols.

Cette commune de 5300 âmes aurait été constituée vers 1640 par des marins pêcheurs des huttes. Ce village fut séparé en 1812 par un rempart de terre afin d’accueillir les contrebandiers anglais, les smogglers puis d’autres pêcheurs des huttes pour former le hameau de Petit-Fort-Philippe.

La commune de grand-Fort Philippe a acquis son autonomie administrative en 1888.

Blason de Grand-Fort philippe
Blason de Grand-Fort philippe

A voir, à visiter à Grand-Fort-Philippe:

– Le calvaire des marins;

– La maison de sauvetage construite en 1937;

– Le musée de la mer;

– L’église Notre-Dame-de-Grâce.

Photographie du calvaire de Grand-Fort-Philippe

Le Calvaire de Grand-Fort, lors de la procession du 15 août (2013)

Les manifestations et événements à Grand-Fort-Philippe:

Le carnaval, se déroulant le mardi-Gras, en parallèle de la bande de Rosendael. La particularité de ce carnaval consiste à bruler un géant confectionné pour l’occasion, à la fin de la bande, cette tradition remplaçant le lancer de Harengs.

– La procession des bateaux le 15 août, le long du chenal, après la messe. Les bateaux défilent devant le calvaire ou le prêtre fait une bénédiction, avant que les embarcations atteignent la mer pour y jeter des gerbes de fleurs en mémoire des marins disparus.

– La ducasse, organisée la dernière semaine d’août;

– La fête de la Saint-Martin, aux alentours du 10 novembre. Durant cette fête, les enfants défilent munis de lanternes à la recherche de l’âne Saint-Martin.

Les géants de Grand-Fort-Philippe

Grand Fort-Philippe possède également 5 géants: La Matelote, Fiu, Gut, Soeur et Bergur, le géant de l’harmonie Sainte Cécile.

Les spécialités de Grand-Fort-Philippe

Spécialité locale: le cululutte, brioche truffée de raisins secs, à manger accompagné d’un rhum. Pourquoi ce nom? Ernest Clercq, boulanger exerçant au début du vingtième siècle, était surnommé Lulutte et vendait ce type de brioche ronde. La forme spécifique de cette brioche entraina son premier surnom: “cul”. Puis, les ouvriers prirent l’habitude de crier en entrant dans la boulangerie: “Un cul, Lulutte”.  100 ans plus tard, le Cululutte s’intègre parfaitement dans le patrimoine culturel local!

Laisser un commentaire