Les trois joyeuses, rendez-vous incontournable des carnavaleux!

Avant les quatre jours de Dunkerque, il y a les trois jours de Dunkerque! Un rendez-vous de carnavaleux nommé “les trois joyeuses”, s’étalant du dimanche précédant le mardi Gras, jusqu’à ce fameux mardi! L’événement commence à Dunkerque, avec le célèbre carnaval de Dunkerque ou “Bande des pêcheurs”, pour se clôturer par la bande de Rosendael, en passant entre-temps du coté de la citadelle.

Le jour de la bande des pêcheurs

Chapelle de la mairie

Photographie de la mairie de Dunkerque le matin de la bande des pêcheurs.

Chahut avant la chapelle de la Mairie

A Dunkerque, aux alentours de 10 h, un chahut s’organise sur le parvis de la mairie pour l’avant-bande, et surtout pour avoir accés à la fameuse chapelle de la Mairie. Un joyeux tohu-bohu prend forme sous les yeux de Reuze Papa et de sa famille. Les fifres et les cuivres s’en donnent à coeur joie, pendant que les tambours battent la mesure et que les carnavaleux se pressent vers l’entrée, bras dessus-dessous, le nez dans le cle’tche du voisin de devant. Gare aux moins dégourdis, les portes se referment rapidement!  

Chahut oblige, les  quelques 100 marches qui séparent l’entrée de l’hôtel de ville à la salle Jean Bart ne sont parfois pas même foulées du pied par les masquelourds les plus chétifs. Enfin, après l’effort, le réconfort… Comme à l’accoutumée, ici, on ne vient pas pour faire des manières! Tu chantes en prenant un bain de foule, tu saisis une bière qu’on te tend au passage, tu manges un sandwich, et, si tu as de la chance, un morceau de puddings (Prononcez poudingue). Enfin, tu essayes de sortir, avant de faire un tour à la chapelle des pompiers!

 

Bande de Dunkerque

Après s’être restauré en chapelle, vient l’heure de la bande. Dés 15 heures sonnantes, le Tambour Major donne l’ordre à sa clique de lancer le départ. Là, des règles bien précises organisent ce “bazar-ordonné”: Au son des tambours, dès que la musique s’accélère, les carnavaleux, solidement arrimés aux bras des voisins, forment une ligne et poussent la ligne précédente et ainsi de suite, le tout maintenu par une première ligne “d’acharnés”, exercant une pression dans le sens inverse! Tout va très vite et la sécurité, surnommée “les chasses-neiges”, évacuent manu militari les flemmards inconscients trainant leurs guêtres devant la bande. Au son des fifres, chacun et chacune cesse de pousser, c’est l’accalmie, ou plutôt, le calme avant la prochaine tempête!

Rue de Dunkerque, jour de carnaval.

Rue de Dunkerque, jour de carnaval.

 

Pourvoyeur, du kipper, Delebarre, des homards, Vergriete…

 

Lors de la bande des pêcheurs, ou visscherbende, aux alentours de 17 heures, la foule de masquelourds en liesse se rassemble sous le balcon de la mairie de Dunkerque… De là-haut, la municipalité procède traditionnellement au lancer de harengs fumés (ou kippers). Ce lancer, organisé pour la première fois par la municipalité à l’initiative du syndicat des commerçants dunkerquois en 1962, n’est pas sans rappeler la pêche en Islande et la nourriture des pêcheurs.

Depuis 1990, et jusqu’en 2014, Michel Delebarre jetait également quatre homards en plastique donnant le droit aux chanceux les ayant rattrapés, à de véritables homards à retirer chez le poissonnier du coin. En réalité, ces homards étaient considérés comme des trophées de carnaval et étaient bien souvent jalousement conservés!

Cette tradition est un clin d’oeil à la campagne électorale de 1989, où les partisans de Mr Pourvoyeur, maire sortant de Dunkerque, ont répété le slogan “Pourvoyeur, des kippers!”, sous les balcons de l’hotel de ville… Il ne fallut que peu de temps pour les partisans de Michel Delebarre afin de répliquer “Delebarre, du homard”.

Mais comme chacun le sait, le carnaval efface tous signes distinctifs. Dans la bande et dans les bals, point de différence ni de statut social, et encore moins de politique… Les carnavaleux se réconcilièrent bien vite en scandant “Pourvoyeur, des kippers, Delebarre, du homard”!

Cette année là, Mr Delebarre remporta les élections et prit l’initiative de poursuivre cette tradition en guise de clin d’oeil à sa victoire.

Suite à la défaite de Michel Delebarre en 2014 en raison de l’élection de Patrice Vergriete, une question demeurait en suspend pour le carnaval 2015… Que va t-on réclamer? Des frites? Le jour-J, en effet, Mr Vergriete se mit à lancer… des frites, protégées par un tube en plastique, ce trophée donnant droit à un menu moules-frites pour deux personnes, dans l’une des brasseries de la ville! En outre, une frite se distinguait des autres: celle-ci, aux couleurs de Dunkerque, donnait le droit à jeter les harengs du balcon de la mairie l’année suivante!

Photographie de michel Delebarre, lançant un homard dans la foule des carnavaleux.

Le lancé de homard

 

Le rigodon

Suite au lancer de harengs, la bande repart de plus belle, avant de débarquer place Jean-Bart pour le rigodon. Là, la clique monte sur le kiosque à musique et la bande se lance dans un chahut continu d’une heure et demie autour du kiosque. L’ambiance est à son apogée! que l’on soit à l’intérieur du rigodon ou à l’extérieur, le souvenir reste inoubliable! Au sein du rigodon, les tambours et les cuivres résonnent et la mélodie des fifres nous pousse à chanter jusqu’à nous égosiller! Cette épreuve est tout de même réservée aux plus costauds, tant le rigodon est physique… cure d’amaigrissement garantie!

De l’extérieur, le spectacle laisse sans voix: la pénombre, les lumières des kiosques, la musique et la foule, le tout surplombé par un nuage de vapeur émanant des masquelours, offre un tableau des plus surréalistes!

Aprés un dernier tour en chapelle, vient l’heure, soit de rentrer chez soi, soit de partir au bal pour les plus téméraires. Mais attention, il faut garder des forces pour Citadelle et Rosendael!

 

Bande de la citadelle

 

Seconde étape des trois joyeuses (Dunkerque – Citadelle – Rosendael), ce lundi est bien souvent considéré comme un jour quasi férié à Dunkerque. Cette étape nous amène sur la rive opposée du canal, afin de faire la fête du coté du port…

Le même schéma se reproduit: bande, chapelle, rigodon, le tout dans le cadre exceptionnel du vieux port, sans oublier le passage par la rue Cô-Pinard 2, en hommage au célèbre tambour Major Jean Minne, portant ce surnom.

Photographie du paneau indiquant la rue Cô-PinardII

Rue Co-PinardII

Bande de Rosendael

Toutes les bonnes choses ont une fin, voilà le jour du Mardi-gras et le jour de la bande de Rosendael. Une dernière fois avant la prochaine bande le samedi suivant, et en attendant la merveilleuse bande de Malo, profitons une dernière fois des chapelles, de la bande et du rigodon avant de faire diète durant les trois prochains jours!

Photographie en plongée de la bande de Rosendael
La bande de Rosendael
Rues de Rosendael, jour de carnaval
Rues de Rosendael, jour de carnaval

Laisser un commentaire

Facebook
Facebook
Twitter
Google+
Google+
Follow by Email
RSS
Taille des caractères
Contrastes
Lire plus :
Tourisme et balades à Abbeville

Découvrir, visiter Abbeville : l’histoire de la ville, les monuments, les curiosités Abbeville, commune de la Somme de 23 500 habitants, était...

Carte postake de l'église de St Martin au Laert
Balade historique à Saint-Martin-lez-Tatinghem

Le 1er janvier 2016, Tatinghem et Saint-Martin-au-Laërt ont concrétisé leur volonté de s’unir pour devenir Saint-Martin-lez-Tatinghem ! Arrosée par le marais et...

Photo-image roue panoramique de noel sur la grand place Maréchal de Gaulle à Lille
Les marchés de Noel du Nord-Pas-de-Calais-Picardie

Noel dans le Nord-Pas-de-Calais : Lille, Dunkerque, Saint-Omer, Haumont, Arras, Béthune, Amiens, Saint-Quentin, Abbeville… Les marchés de Noel de la...

Chinons à la réderie picarde !

La rèderie, braderie de Picardie ! Une réderie, qu’est-ce donc ? Ce terme très employé en Picardie, désigne une brocante, un vide...

Raoul de Godewarsvelde

Raoul : une légende du nord de la France Qui ne connait pas Raoul de Godewarsvelde ? Cet artiste du nord de...

Fermer