L’avenue du Peuple-Belge est une avenue du quartier du Vieux-Lille (59, Nord, Hauts-de-France) construite de 1929 à 1965 sur l’ancien bassin de la Basse Deûle.

Cette avenue s’étend de la Place Louise-de-Bettignies à l’Avenue Winston Churchill.



Histoire du canal de la Deûle

Jusqu’en 1750 date de l’ouverture du canal de la Moyenne Deûle, les marchandise provenant ou partant vers la Haute Deûle étaient chargées et déchargées sur les quais de la Basse Deûle, en plein cœur de Lille. Il s’agissait alors du port historique de la ville, créé dès le XIIIème siècle. Il existait alors sur ces canaux deux moulins, dont les vestige de l’un (le moulin Saint-Pierre) se situe près de l’hospice comtesse. La Basse Deûle, principal port de Lille, connaît son apogée au cours de la première moitié du XIXème siècle mais perdit son intérêt économique ensuite, notamment en raison de l’apparition des voies ferrées.

L’assèchement du canal et son comblement furent envisagés dès 1880. Les travaux débutèrent en 1929 pour se terminer dans les années 1960. Les terres-pleins centraux correspondent à l’emplacement de l’ancien port.

Emplacement de l’ancien port de Lille

Ces travaux dénaturant le vieux Lille sont déplorés par bon nombre d’amateurs d’architecture et d’histoire locale. Bonne nouvelle : cinquante ans plus tard, cet ancien canal fait l’objet de projets de remise en eau ! Toutefois, début juillet 2017, ces projets semblent repoussés aux calendes grecques en raison de leurs coûts.

L’avenue du peuple belge et son patrimoine

L’avenue du Peuple-Belge comporte plusieurs édifices d’intérêts comme l’hospice général de style classique, l’arrière de l’hospice comtesse, la Maison de Gilles de la Boë (bâtisse de style maniériste), le palais de justice de Lille (bâtiment de style moderne).




Les maisons anciennes le long de l’avenue du peuple belge

Prostitution : l’avenue du peuple belge… Tristement célèbre !

Même si ce n’est plus forcément le cas aujourd’hui, l’avenue du peuple belge de Lille a longtemps été associée à la prostitution et était considérée comme la rue Saint-Denis ou le « bois de Boulogne lillois ».

Laisser un commentaire