L’architecture Art-Déco dans le Pas-de-Calais (Touquet-Paris-Plage, Grand’Place de Béthune, Piscine de Bruay, Grands bureaux et gare de Lens)

Découvrez l’Art déco dans l’architecture de quelques monuments et lieux historiques et touristiques du Nord-Pas-de-Calais, tels que Lens avec ses Grands bureaux et sa gare art déco en forme de locomotive, le Touquet Paris-Plage et ses villas, la Grand Place de Béthune ou encore la célèbre piscine art déco en forme de paquebot, de Bruay-la-Buissière.

Le mois de septembre rime avec rentrée! Un nouveau départ en perspective et l’occasion de concrétiser de nouveaux projets! La chaîne TV régionale Wéo a saisi cette opportunité pour lancer une toute nouvelle émission, intitulée « Au cœur du patrimoine », véritable invitation au tourisme local ! Dans ce premier numéro, Jérémy Allebée vous propose une escapade, à la découverte de l’omniprésence de l’Art déco dans le Pas-de-Calais…

 

Art déco ? Quesaco ?

L’avènement de l’Art Décoratif remonte aux années 1910, époque à laquelle les décorateurs, les artistes et les architectes, inspirés notamment du cubisme et du style 18ème, souhaitaient rompre avec la tendance 19ème qu’est l’Art Nouveau, jugé trop inventif. L’on passe alors, selon le peintre Charles Dufresne, « de l’art du domaine de la fantaisie à l’art du domaine de la raison ». L’heure est ainsi à un retour aux lignes classiques en prenant pour maîtres-mots l’ordre, la couleur et la symétrie !

L’Art déco naquit en France et se propagea à une vitesse éclair dans le monde entier, en témoignent certaines œuvres mondialement connues telles que l’Empire States Building. S’épanouissant réellement dans les années 1920 et faisant l’objet d’une exposition dédiée à Paris en 1925 (l’Exposition Internationale des Arts Décoratifs et Industriels Modernes), ce style s’essouffla lentement dans les années 1930.

Au sein de notre département, nous retrouvons principalement les manifestations de ce mouvement au cœur des villes les plus meurtries par la grande guerre. Celles-ci cherchèrent, au sortir du premier conflit mondial, à se remettre rapidement sur pied en érigeant des constructions dont l’architecture serait synonyme de renouveau. Nous pouvons encore aujourd’hui retrouver ici et là ce style, également appelé style 1925, dans l’architecture ainsi que dans la décoration intérieure.

Partons donc avec Jérémy Allebée, à la découverte de ces trésors qui nous entourent et avec qui nous cohabitons sans parfois même le savoir !

Bruay-Béthune… So Art déco !

La première étape de cette échappée nous conduit sur l’éclectique Grand’Place de Béthune, où le beffroi de style médiéval jouxte les façades marquées par l’Art déco. Ces façades disparates de couleurs franches ou pastel, utilisant tantôt la brique rouge régionale, tantôt la pierre calcaire, mais également le béton, ne sont pas dénuées de charme… De surcroit, l’emploi de frises et de motifs floraux, chers au style 1925, ne laissent quiconque indifférent. S’ouvre ainsi aux yeux du visiteur averti ou du simple quidam, un véritable décor de théâtre à ciel ouvert, dont la beauté est mise en exergue par le pignon monumental de l’hôtel de ville, recélant également en son sein de magnifiques mobiliers et luminaires d’époque ! L’étape béthunoise s’achève avec une visite du palais de justice regorgeant d’Art déco, avec ses colonnes géométriques, les médaillons ornant son fronton et son riche mobilier 1930.

Prochaine étape : la commune de Bruay-la-Buissière, possédant la seule piscine Art déco de France encore en état de fonctionnement ! Un cadre dépaysant pour effectuer quelques longueurs, pour barboter ou tout simplement pour se détendre, au soleil…  dans un lieu hors du commun !

Véritable fierté pour la cité minière, cette magnifique piscine, édifiée à deux pas des corons, s’inspire du style dit « Paquebot », branche tardive du mouvement Art déco. Ses fenêtres en hublot, sa cheminée décorative et ses cabines, font en effet étrangement songer à un transatlantique d’avant guerre ! La symbolique du voyage et de la mer convint d’ailleurs au contexte entourant son inauguration, en 1936… date de l’instauration des premiers congés payés en France !

Lens : de la « loco Art déco » aux bancs de la fac

Ne quittons pas le bassin minier et retrouvons nous cette fois-ci à Lens, dont la gare constitue un exemple local d’art décoratif ostentatoire, style  faisant transparaitre au travers de l’architecture d’un bâtiment, son utilité ou l’activité de son propriétaire. A l’instar du Chrysler Building new-yorkais, dont le toit évoque les pare-chocs des voitures de la marque, la gare de Lens représente… une locomotive ! Tout y est ! Le tour de 23 mètres fait songer à une cheminée, tandis que l’arrondi des arcades rappelle les roues !

Toujours à Lens, l’aventure nous emmène à l’Université Jean Perrin, ayant pris ses quartiers dans les anciens locaux de la Société des Mines de Lens. De prime abord, ce bâtiment ne semble comporter aucune once d’Art déco et parait même plutôt régionaliste… Rien d’étonnant à cela lorsque l’on sait que les façades sont signées Louis-Marie Cordonnier, illustre architecte ayant notamment à son actif le beffroi de l’hôtel de ville de Dunkerque ! C’est en réalité son fils, Louis Stanislas, qui fut chargé de l’intérieur, résolument de style 1925. Ce mélange des styles résume cette coopération familiale et intergénérationnelle.

Des trésors Art déco au Touquet-Paris-Plage!

La  balade se clôture sur la Côte, plus précisément au Touquet-Paris-Plage. Est-il possible de traiter le sujet de l’Art déco dans le Pas-de-Calais sans évoquer « La Perle de la Côte d’Opale » ? Notre fringante station balnéaire naquit en effet concomitamment à ce mouvement artistique. C’est ainsi qu’ici et là, entre les cottages et les demeures d’inspiration anglo-normande, quelques villas, témoins des « années folles », se dévoilent, telles que la villa Tata Ice et sa façade anthropomorphique évoquant un visage humain… L’hôtel Westminster, constituant également un symbole du Touquet, est empreint de ce mouvement, de la ferronnerie de ses bow-windows à sa magnifique cage d’ascenseur datant de 1924…

Vous l’aurez compris, le Pas-de-Calais regorge de surprises ! Afin de faire le plein de culture générale mais également d’images somptueuses, nous vous invitons à visionner ce premier numéro de l’émission « Au cœur du patrimoine » diffusé sur Wéo!

 

Auteur: Jérémie FLANDRIN

Article paru dans le magazine Audomarwouah de septembre 2015

Laisser un commentaire