L’art baroque dans le Pas-de-Calais

Découvrez les trésors baroques du Pas-de-Calais, au sein de l’architecture du patrimoine d’Arras, de Saint-Omer ou d’Aire-sur-la-Lys. Bon nombre de ces monuments furent construites au 17ème siècle par la compagnie de Jésus, les jésuites. Baroque français, baroque flamand, style hispano-flamand… Découvrez l’architecture du Collège et chapelle des jésuites de Saint-Omer, de la Chapelle Saint-Jacques d’Aire-sur-la-Lys, du fronton de l’hôtel de ville d’Aire-sur-la-Lys, et des places Baroques d’Arras.

Au début du XVIème siècle apparaissaient les prémisses du style baroque en Italie, concomitamment à la naissance de la Compagnie de Jésus (les jésuites), ayant pour but de contrer le déclin de la religion catholique. Pour ce faire, il fallut séduire et faire preuve d’inventivité… Ce mouvement religieux participa ainsi largement à l’émancipation du style, dont la dénomination est synonyme d’extravagance et d’imprévisibilité…

Le mouvement baroque a posé son empreinte dans la musique, la littérature, mais également dans la peinture, domaine dans lequel l’illustre Rubens fait figure d’icône avec sa célèbre « Descente de croix », tableau commandé en 1611 pour la cathédrale Notre-Dame d’Anvers, que nous pouvons également retrouver à Lille, Valenciennes, Arras et Saint-Omer. L’art baroque est également présent dans l’architecture : repensant le style Renaissance, cet art nouveau ose l’originalité, rend ostensible chaque élément, joue avec la lumière, les couleurs, mise sur l’opulence, le grandiose, le théâtral, et ce dans un seul but : envoyer à tout un chacun une image triomphale de l’église et de l’état.

Ce mois de février 2016, l’émission « Au cœur du patrimoine » diffusée sur Wéo et présentée par Jérémy Allebée, nous propose de (re)découvrir les trésors de l’art baroque du Pas-de-Calais !

Le collège et la chapelle des jésuites à Saint-Omer

Démarrons notre échappée à Saint-Omer. L’histoire de la cité audomaroise fut notamment marquée au XVIème siècle par l’arrivée des jésuites Wallons, rejoints ensuite par leurs homologues anglais, venus étudier au collège fondé en 1568. Ce dernier jouxtait une importante chapelle dont la construction sera achevée en 1640, offrant aux audomarois un monument des plus surprenants, d’une part en raison de sa taille, et d’autre part eu égard à son architecture. Si l’intérieur ne dénote pas outre mesure avec le style gothique alors couramment plébiscité, la façade colossale mariant pierre et briques arbore un style purement baroque-flamand, avec ses cinq niveaux agrémentés de colonnes, frontons, têtes de lions et autres crânes de bœufs sculptés, rappelant l’Antiquité.

Chapelle des jésuites Saint-Omer
Chapelle des jésuites de Saint-Omer

La chapelle des jésuites et le fronton de l’hôtel de ville d’Aire-sur-la-Lys

A la lisière du territoire audomarois, Aire-sur-la-Lys comprend également une chapelle des Jésuites dont l’architecture baroque typiquement néerlandaise n’est pas sans rappeler les Monts-de-Piété de Bergues ou d’Arras. Si comme celle-ci ou celle de Carvin, pléthore d’églises du XVIème et XVIIème siècle arborent ce style original au travers de leur façade, l’expression de cet art se dissimule parfois en leur sein. Tel est le cas pour l’église de Tournehem-sur-la-hem et son riche mobilier!

Restons toutefois à Aire-sur-la-Lys. La commune renferme un autre monument baroque, cette fois-ci d’inspiration française : le fronton de l’hôtel de ville. En effet, le territoire flamand constituait jadis une province des Pays-Bas espagnols, qui fut reconquise ensuite par Louis XIV. Ce dernier souhaita, lors de la construction du bâtiment au début du XVIIIème siècle, faire d’une pierre deux coups : imposer son style tout affirmant son autorité, en masquant en partie le beffroi, symbole des libertés communales.

Les Places d’Arras

Enfin, prenons la direction d’Arras : les célèbres places de la capitale de l’Artois, encadrées de dizaines de demeures hispano-flamandes aux façades baroques, forment un magnifique et harmonieux ensemble ne laissant personne de marbre!
Outre le témoignage que ces éléments architecturaux nous livrent sur notre histoire, ceux-ci semblent également nous exhorter à bousculer les codes et à oser l’exubérance ! Succomberons-nous à cet appel ?

Photographie du beffroi d'Arras, vu de la grand Place
Le beffroi de la Place des Héros

Rédacteur:

Jérémie FLANDRIN

Article paru dans le magazine Audomarwouah de février 2016

Retrouvez le reportage ici:
http://www.weo.fr/videos/au-coeur-du-patrimoinele-pas-de-calais-baroque/

Laisser un commentaire