La rèderie, braderie de Picardie !

Une réderie, qu’est-ce donc ? Ce terme très employé en Picardie, désigne une brocante, un vide grenier… Bref, une braderie !

D’où proviendrait ce nom ? Les origines sont floues et prêtent au débat. Selon René Debrie (1975), le verbe réder, en patois picard, signifierait « travailler à des rien avec minutie ». Cela pourrait être l’équivalent du terme « bricoler » en français courant.



La réderie serait donc une vente « de bricoles ». Le terme rédeu, tout comme le « bradeux du Nord », désignerait le brocanteur ou le bricoleur.

Par extension, le qualificatif « réderie » peut servir à désigner le peu de valeur d’une chose : « Un fauteuil ed’réderie », ou la foire, le bazar « Qué réderie ichi ! «  (Quelle foire ici !)

Selon d’autres sources, réder signifierait « faire collection de ». Un rédeux serait donc un collectionneur. Cela proviendrait du vieux français reiderie signifiant « rêver », « délire», « extravagance ».

Les grandes réderies de Picardie

La réderie d’Amiens

La Grande réderie d’Amiens se tient deux fois par an au sein de la capitale de la Picardie. En effet, il s’en tient une le dernier dimanche d’avril et le dernier dimanche d’octobre. Chaque édition rassemble plus de 100000 visiteurs, ce qui fait de la réderie d’Amiens la seconde plus grande brocante de France, derrière la braderie de Lille, bien sûr.

Cette dernière, rassemblant près de 2 millions de visiteurs sur deux jours et comportant une centaine de kilomètres d’étals, elle constitue la plus grande d’Europe !



Notons que la réderie d’Amiens ne s’apparente pas à une tradition très ancienne. Le premier « marché aux réderies » se serait tenu à Amiens en 1909.

Des réderies partout dans les villages

Au retour du printemps et des beaux jours jusqu’en automne, il se tient un peu partout en Picardie, dans les villes et villages de la Somme, de l’Aisne et de l’Oise, de nombreuses réderies. Celles-ci font le bonheur des rédeux ainsi que des chineurs.

Attention, un rédeu ne se confond pas avec un marchand professionnel. Il en est de même pour les bradeux de Lille !

Laisser un commentaire