Le Chemin des Dames, tristement célèbre, fut le théâtre de grandes batailles de la première guerre mondiale. Il s’étend le long de la route départementale RD 18 CD.

Le point de départ du chemin des Dames était marqué par le Calvaire de l’Ange gardien marquant la croisée de la RN2 et la route départementale entre Laon et Soissons. Il mène à Corbeny à une trentaine de kilomètres de là.




La RD 18 CD traverse dix-huit villages dont sept ont été totalement ou partiellement détruits.

A voir sur le parcours du chemin des dames: le parcours

Le chemin des dames offre une balade riche en émotion. La départementale et les routes aux alentours sont jalonnés de stèles, de chapelles, de statues, de monuments commémoratifs, de belvédère offrant un panorama sur les anciens champs de bataille… Une route de la mort, en somme, nous permettant de réfléchir sur notre passé, mais aussi sur notre présent et notre avenir.

Ainsi, le long du chemin des Dames et aux alentours, il est possible de découvrir, en partant du calvaire sur le territoire d’Aizy Jouly :

  • Un monument en granit du Régiment d’infanterie coloniale du Maroc réalisé par le sculpteur Rombaux Rolan en 1934
  • Une stèle commémorative de la 38e DI
  • La ferme du Panthéon
  • Un monument allemand situé à l’arrière de l’église de Pargny-Filain par la RD15 ainsi que le lac de Monampteuil
  • Diverses plaques commémoratives à Filain, sur les murs de la chapelle Sainte-Berthe (en passant par la RD 152)
  • La ferme de la Royère (reconstruite), sur le territoire de Filain et sa butte offrant un panorama de la vallée de l’Ailette ;
  • Une stèle commémorative du 99e régiment d’infanterie alpine à la sortie de Filain ;
  • A Ostel, une stèle commémorative à la mémoire de Jean Roblin et de ses camarades de la 146ème d’Infanterie ;
  • Une stèle commémorative à la mémoire de Jean Dauly du 350e Régiment d’Infanterie ;
  • Une croix sculptée sur une colonne commémorative à la mémoire de Marcel Duquenoy, aspirant au 350e d’infanterie.
  • A Braye-en-Laonnois les carrières de Froidmont, exploitées depuis le Moyen Age et utilisées en tant qu’abris par les soldats français, allemands et américains. Les galeries comportent des sculptures classées, réalisées par les soldats.
  • A Braye en Laonnois, toujours, obélisque du 27e et 67e bataillon de chasseurs alpins ;
  • A une dizaine kilomètre de notre point de départ, la RD 883 permet de découvrir le vestige des creutes de l’ancienne ferme de Malval, l’église Saint-Nicolas se dressant jadis dans le village de Crandelain-et-Malval, disparu pendant la guerre et l’abri souterrain de Colligis
  • La tombe d’un poilu de la 11e DI tombé en 1917 ;
  • La ferme de Malval, reconstruite en 1918;
  • A Pancy-Courtecon le chemin vicinal ordinaire n5 mène à la chapelle du village disparu de Courtecon, son église classée et un monument commémoratif;
  • A Cerny-en-Laonnois, cimetière militaire allemand de la Grande Guerre ;
  • La Chapelle Mémorial du Chemin des Dames, la lanterne des morts ainsi qu’une stèle de la 38e division d’infanterie;
  • Une Nécropole française et russe ;
  • A treize km environs, la RD 967 mène au British Cemetery et le cimetière militaire Churyard à Vendresse-Beaulne;
  • Toujours sur la RD18, le mémorial de Cerny et le Lac de l’Ailette;
  • A Vendresse-Beaulne, une stèle commémorative à la mémoire de Louis Astoul, du 70e Sénégalais ;
  • A Paissy, la RD 102 amène aux pelouses d’Ailles. A voir aussi dans les environs : les vestiges de l’ancien moulin à vent de la ferme de la Tour, la Creute-chapelle de Teilhard de Chardin…
  • A Oulches-la-Vallée-Foulon, les neuf statues de la Constellation de la Douleur du Mémorial aux tirailleurs sénégalais de Christian Lapie, et la stèle de la 164e DI. A voir également : le musée du chemin des Dames, nommé également « caverne du dragon » surplombé par la stèle de la 164ème division;
  • La stèle du 4e régiment de zouaves ;
  • A Bouconville-Vauclair, la RD 886 mène au crucifix de La Vallée-Foulon, hameau disparu ainsi qu’à Vauclerc-et-la-Vallée-Foulon, village disparu.
  • Plus loin, la plaque commémorative du 4ème régiment de zouaves
  • Monument en bronze en mémoire des soldats « Marie-Louise » et des « Bleuets »;
  • Une plaque commémorative de la 4 e division cuirassée sur l’ancienne mairie d’Hurtebise. Cette ferme présente un portail comportant sur chacun de ses piliers un boulet de canon tiré pendant la bataille de Craonne;
  • Plus loin, la Journette, sur la RD18CD mène au célèbre plateau de Californie;
  • Monument des Basques de la 36e division d’infanterie
  • Cimetière de Craonnelle ;
  • Une fortification recouverte d’herbe
  • La forêt domaniale de Vauclair
  • Au bout d’un chemin, le monument Napoléon avec sa statue de Napoléon Ier commémorant la bataille de Craonne 7 mars 1814 ;
  • A Craonne, sur la gauche, vue du Plateau des Casemates et du plateau de Californie ;
  • Devant l’entrée du chemin de la Laie de Californie, le monument « Ils n’ont pas choisi leur sépulture » du sculpteur Haïm Kern
  • Le belvédère du plateau de la Californie ;
  • Un monument du 18e régiment d’infanterie ;
  • Arboretum de Craonne. Non loin de là, église du vieux Craonne, village disparu pendant la Grande Guerre ;
  • A Berry au Bac, le monument des chars d’assaut ;
  • Une stèle à la mémoire de Joseph Adolphe Hirsch, lieutenant;
  • Non loin de là à Pontavert : la ferme du Temple et à la stèle de Guillaume Apollinaire;
  • Un monument au 8e et au 208e régiment d’infanterie. Ce monument marque la route qui mène à l’abbaye de Vauclair et au Réseau de tranchées de Bouconville-Vauclair ;
  • A Corbeny, la petite chapelle royale de la fontaine Saint Marcoult ;
  • Statue commémorative d’un poilu.




Les origines du chemin des Dames

Le chemin des Dames doit son nom aux Dames de France, filles de Louis XV au XVIIIème siècle qui ont emprunté ce petit chemin alors étroit et peu carrossable au XVIIIème siècle pour aller au château de La Bove où vivait l’une des maîtresses du roi.

Ce chemin sera également célèbre pour les batailles qui y furent menées durant l’histoire. Déjà durant la guerre des Gaules, les alentours connurent de multiples combats.

Notons également la bataille de Craonne menée par Napoléon 1er et ses « Marie Louise » (jeunes soldats) en 1814 où ceux-ci battirent les russes et les prussiens.

Il y eut bien sûr ensuite, de nombreuses batailles autour de Craonne durant la première guerre mondiale, mais également au cours de la seconde.

Durant la guerre 14-18, le chemin des Dames connait la première bataille de l’Aisne (d’août à septembre 2014), la seconde ou l’offensive Nivelle (avril à juin 1917) surnommée communément « Bataille du chemin des Dames » et enfin, la troisième bataille de l’Aisne (en 1918).



Laisser un commentaire